Home » Nieuws » Dr. Freeze onthult de titel van een nieuw lied van Michael Jackson » Interview exclusive: Dr. Freeze se livre : "Rencontrer Michael, c'était comme rencontrer le capitain

Interview exclusive: Dr. Freeze se livre : "Rencontrer Michael, c'était comme rencontrer le capitaine Kirk !"

Voici la suite de l'interview exclusive d' Elliott Straite plus connu sous le nom de Dr. Freeze, producteur de "Break Of Dawn" (Invincible), "A Place With No Name" ou encore "Blue Gangsta".

Dr Freeze a travaillé en studio avec Michael Jackson et livre dans une interview exclusive des infos très intéressantes rien que pour vous. Entrez ainsi plus profondément dans le secret des enregistrements du Roi de la Pop en découvrant cette interview en trois partie. Troisième partie aujourd'hui intitulée: Dr. Freeze se livre : "Rencontrer Michael, c'était comme rencontrer le capitaine Kirk !"

Quagmire : Avez vous parlé avec John McClain des chansons que vous avez enregistrées avec Michael et de ce qu'il comptait en faire?

Dr. Freeze : Non. C'est difficile de rentrer directement en contact avec John McClain, il est très occupé. Le sujet n’a pas encore été abordé.

Q : Comment savez vous si "A place With No Name" et "Blue Gangsta" seront sur le prochain album?

F : Ça, je le sais. C’est confirmé.

Q : Super, on est impatients d'entendre ça! Avez-vous l'intention de retoucher la chanson "Blue Gangsta", de la rafraîchir?

F : A vrai dire, c'est déjà fait pour "Blue Gangsta". Je l'ai déjà « rafraichie », la chanson est finalisée, prête à sortir. Elle sera complètement différente de la version qui a filtré sur le net. Elle est parfaitement calibrée pour passer en boîte de nuit. Elle a un son très européen, dans le style des productions de Kraftwerk.

Q : Allez vous garder la base de la chanson? [Quagmire lui chantonne un extrait]

F : Absolument, tout est pareil, mais ça sonne plus actuel.

Q : Vous avez accéléré le rythme?

F : Non, non. Tout est exactement pareil.

Q : [perplexe] Très bien. Donc pour résumer, vous avez juste ajouté quelques sons supplémentaires et apporté quelques retouches pour la "rafraîchir"?

F : C'est exactement ça. Pour faire une analogie, c'est un peu comme si vous aviez tourné un film et que vous le ressortiez ensuite en 3D.

Q : Filmiez-vous vos sessions d'enregistrement?

F : Non, aucune caméra n'était autorisée. Vous savez, il n'aimait pas être pris en photo et être filmé en studio. Par conséquent, c'était interdit.

Q : Plus tôt dans l'interview, vous nous avez dit qu'il programmait des beats et jouait du clavier devant vous. Vous pouvez nous en dire plus?

F : Parfois, il créait tout naturellement des chansons, et quand il me les faisait entendre, j'étais abasourdi. Pour l'essentiel, il s'agissait juste d'idées lancées çà et là, en fonction de l'émotion dans laquelle il se trouvait. On était en processus créatif et il adorait cela. Du soir au matin, il créait des sons, des mélodies, des harmonies. C'était une sacrée expérience à vivre pour moi. J'ai beaucoup appris à ses côtés.

Q : Dans quels studios enregistriez-vous à cette époque?

F : On enregistrait dans plusieurs studios. Parfois à New York, parfois en Californie. Nous avons passé beaucoup de temps au ranch. En fait, le choix du studio dépendait surtout de l'endroit où il se trouvait géographiquement parlant. Nous sommes passés par le Hit Factory à New York, et de mémoire à "Record one" à Los Angeles. Nous avons aussi utilisé le studio de John McClain et on a enregistré à Neverland.

Q : Y a-t-il des prises enregistrées à Neverland qui ont été utilisées dans le mixage final d'une des chansons?

F : En ce qui concerne mes enregistrements, tout provient de grands studios. Mais il a enregistré des chansons avec d'autres producteurs à Neverland. Malheureusement, je suis incapable de vous dire quelles chansons exactement. Ah si, je me souviens d'une chanson qui est présente sur son dernier disque. Elle s'appelle "Hollywood" je crois, et je me souviens qu'il avait travaillé dessus à Neverland.

Q : Donc il travaillait sur d'autres projets quand vous étiez là?

F : Oui, il travaillait sur d'autres chansons. Il me demandait parfois mon opinion. Il m'arrivait alors parfois de collaborer un peu avec lui. Mais bon, je n'étais pas le seul. Il y avait quelques autres producteurs avec lui qui faisaient de même.

Q : Quand vous avez fini les sessions avec lui, saviez-vous que c'en était fini ou vous attendiez-vous à ce qu'il vous rappelle pour travailler sur d'autres chansons?

F : Dès lors qu'on a commencé à enregistrer ensemble, j'ai su que je m’y consacrerais totalement. Je ne voulais travailler avec personne d'autre que Michael. Je lui avais promis de ne jamais travailler avec qui que ce soit d'autre. C'était un travail à plein temps : j'ai travaillé avec lui pendant des années. J’étais en studio avec lui peu de temps avant son décès.

Q : Vous étiez en studio avec lui juste avant sa mort?

F : En fait, nous en discutions beaucoup et nous étions sur le point de rentrer en studio. Pour être précis, je me souviens être allé le voir dans sa résidence à Vegas, et il y avait un studio là. C’était juste avant qu’il nous quitte.

Q : Vous avez enregistré quelque chose?

F : Non, on n'a rien enregistré, on a juste échangé des idées. On était sur le point de démarrer les sessions d'enregistrement : on était prêts et on préparait le matériel pour le studio. Je lui ai proposé quelques nouvelles chansons que j'avais écrites spécialement pour lui. Il les aimait beaucoup, il voulait les enregistrer, mais il est décédé.

Q : Vous a-t-il parlé de son futur album? Vous avait-il dit à quel moment il souhaitait le sortir?

F : Non, on n'a jamais abordé ce sujet.

Q : Revenons à "Blue Gangsta", avez-vous eu l'idée de l'accordéon et des sifflements à la Ennio Morricone?

F : Oui. J'ai eu l'idée des sifflements, ça vient du film "Le bon la brute et le truand" [il siffle la mélodie au téléphone]. Comme je l'ai dit, je voulais faire un nouveau "Smooth Criminal". C'était notre objectif : "le nouveau Smooth criminal".

Q : Est ce que vous vous souvenez de votre impression lors de votre première rencontre? Était-il comme vous l'imaginiez? Étiez-vous surpris ou déçu par le personnage?

F : Je savais déjà que Michael était la plus humble des personnes que vous pouviez rencontrer. C’était mon meilleur ami, la plus belle rencontre de ma vie. C'est un peu comme une rencontre avec le Capitaine Kirk : franchement, qui ne veut pas rencontrer le Capitaine Kirk? Ce personnage de fiction était cool, amical et c'était un chic type. Et bien Michael était un peu comme ça. Comme vous pouvez l'imaginer, je suis un vrai fan de Star Trek, et c'est pour ça que je parle du capitaine Kirk... Rencontrer Michael, c'était un peu comme si je rencontrais le capitaine Kirk, c'était tout bonnement incroyable. Aujourd'hui, il n'existe plus de stars avec la même aura. J'étais vraiment stupéfait quand je l'ai rencontré et mes parents sont très fiers de moi : non seulement, j'ai réussi à travailler avec le roi de la pop, mais ça ne s'est pas limité à une simple relation professionnelle. Je suis devenu son ami, son meilleur ami. Je l'aime à mourir, aujourd'hui encore. On était comme des frères, très proches, donc voilà, pour résumer, ma rencontre avec Michael, c'était comme si j'étais devenu ami avec le capitaine Kirk!

Q : Michael est universellement reconnu comme le plus grand des artistes. Vous l'avez rencontré et vous êtes devenu l'un de ses amis. Avez-vous des anecdotes sur lui qu'on ne connaîtrait pas?

F : Il était incroyable, un génie. C'était un ange, c'est d'ailleurs pour ça qu'il s'appelait Michael. Ouais, c'était vraiment un ange.

Q : Avait-il des demandes de matériels spécifiques pour les enregistrements, comme par exemple des microphones ou des instruments précis ? Avait-il des exigences particulières ?

F : Non, il s'en fichait tant que ça sonnait bien. Il aurait pu chanter quelque chose dans son portable et l'enregistrer comme ça, ça ne le gênait pas tant que c'était une bonne mélodie ou un tube en puissance.

Q : Vous rappelez-vous du microphone utilisé pour "Break Of Dawn"?

F : Non. On a été dans tellement de studios... C'est une question que vous devriez poser aux ingénieurs du son : ils avaient chacun leur propre équipement et je ne me rappelle pas précisément ce qu'ils avaient.

Q : Quels ingénieurs ont participé à vos sessions d'enregistrements?

F : De mémoire, il y avait Michael Prince, Brad Buxer et Mike Dean. Il y avait aussi Bruce Swedien, bien sûr. Je n'ai pas travaillé directement avec lui mais je le connais très bien, il est très cool. Un autre génie.

Q : A-t-il finalisé certaines de vos chansons, ou finalisiez-vous tout tout seul, mixage inclus?

F : Il y a des ingénieurs qui ont retravaillé certaines chansons. Je ne sais pas qui a réalisé les derniers mixages. Il faudrait que je demande à John McClain... Je ne sais pas qui a travaillé sur ces chansons avec Michael, je n'étais pas physiquement présent.

Q : Quelle est la chose qui vous a le plus impressionné chez Michael, artistiquement parlant?

F : Michael aimait ses fans, il aimait sa musique et il adorait faire de la musique pour ses fans. Il aimait donner de l'amour et de la joie de vivre aux gens. C'était sa mission. Il était très dévoué et loyal. C'était une chose qu'il voulait faire, ou qu'il se devait de faire. Il aimait les gens du plus profond de son âme. Et quand il faisait cette musique, il la faisait pour nous.

Q : Quel est votre album préféré de Michael?

F : Je les aime tous. Avec Michael Jackson, il est impossible d'avoir une chanson ou un album favori. Cependant, quand j'étais gamin, ma chanson préférée était "Rock With You". Je la trouvais vraiment incroyable... Ouais, c'était définitivement une de mes préférées.

Q : Vous souvenez-vous de votre dernière discussion avec Michael?

F : On était tout simplement sur le point d'enregistrer le nouvel album et quand il a entendu mes chansons il m'a dit de me dépêcher de les sortir le plus vite possible à l'étranger. Il aimait mes nouvelles productions. Ce fut notre dernière discussion. Il m'a dit "je t'aime" et voilà, c'était fini.

Q : Que vouliez-vous dire exactement par "à l'étranger" tout à l'heure?

F : La musique que je fais en ce moment sortira à l'étranger. Je suis les instructions de Michael à la lettre. Il m'a dit de prendre cet album que je réalise en ce moment même et de le vendre à l'étranger, et c'est ce que je fais. Vous savez, il s'y connaissait vraiment bien en affaires, donc je suis ses conseils. Donc, voilà, c'est une info que je vous révèle en exclusivité: mon album arrive prochainement!

Q : Quand sortira-t-il?

F : On envisage la sortie du single au printemps 2011. Ça s'appelle "We Are The Robots".

Q : C'est super ! Merci pour votre générosité et pour tout le temps que vous nous avez accordé. Tous nos vœux de réussite pour vos projets à venir.

F : Merci.

drfreeze3.large.jpg

Merci à Quagmire, Bud, Dovido et Tristan du forum MJFrance.

KLIK HIER OM TERUG TE GAAN NAAR HET NIEUWSBERICHT